31/8/2009
  Privilégier le concret à l'arbitraire

Les mesures environnementales doivent être fondées sur des données concrètes plutôt que sur la mise en place d'objectifs strictement quantitatifs dont les effets ne seraient pas nécessairement palpables ...

Environnement

Privilégier le concret à l'arbitraire

La préservation de l'agriculture du littoral a fait l'objet d'une réelle prise de conscience lors du débat du Grenelle de la mer. Le point 48 de la table ronde 2 du Grenelle de la mer proposant l'instauration d'un taux arbitraire de 40% pour la réduction des flux de nutriments a toutefois suscité une vive réaction de la part de la FNSEA. Le président du syndicat a indiqué à la Secrétaire d'Etat chargée de l'écologie, son désaccord sur la méthodologie employée. Jean-Michel Lemétayer, s'est opposé à cet objectif de réduction de 40 % dénué de signification technique par manque de données relatives au " point zéro ". La FNSEA souhaite que, dans le cadre des comités opérationnels, les discussions portent sur des mesures concrètes visant à réduire les risques de pollution plutôt que sur la mise en place d'objectifs strictement quantitatifs dont les effets ne seraient pas nécessairement palpables par les activités concernées.